Ein vereintes Europa – Une Europe unie – auf dem Weg zu einer Konföderation

16. Mai 2019 von H. Wittmann



Aktuelles auf unserem Blog: | D-F Unsere Lesezeichen | Notre-Dame de Paris | Francophonie 58 Artikel | Die Restitution afrikanischer Kulturgüter | Gilets jaunes | Nachgefragt: H. Uterwedde, DFI | Die Restitution des afrikanischen Kulturerbes | Antisemitismus | Fotoausstellung: Agnès Poirier, An den Ufern der Seine | Grand débat national | G7 | Der Elysée-Vertrag und der Aachener Vertrag | Deutschland, Frankreich und Europa. | Les gilets jaunes | La lettre du Président Macron | Pierre-Yves Le Borgn' : Europa? | Präsident Macron vor dem Bundestag | Francophonie 58 Artikel | 1914-1918 | La souveraineté de l’Europe | Sartre oder Camus? | KI | Präsident Macron devant l'UNO | Macron und Europa | 60 Jahre V. Republik | Élysée-Vertrag 2.0 | arte | Consultations européennes | Lernen mit unserem Blog | Migration | Zukunft der EU | Unterricht mit digitalen Medien in Frankreich |

Weil die Fraktionsvorsitzende der AfD Alice Weidel so gerne vom “Europa der Vaterländer” spricht (> Alice Weidel am 22.1.2019 im Deutschen Bundestag) und dann auch noch an de Gaulle erinnert, so erinnern wir unsererseits gerne noch mal an unseren Artikel zu diesem Thema

Rappel: > Hörensagen: “Das Europa der Vaterländer” – 22. Januar 2018

und daran, dass de Gaulle das vereinte Europa im Sinn hatte. Am 14. Dezemerb 1965 – wir zitieren hier unten auch aus dem Gespräch mit Michel Droit erklärt de Gaulel seien Vision: “Bien entendu cette Europe-là ne sera pas, comme on dit “supranationale”. Elle sera comme elle est. Elle commencera par être une coopération. Peut-être qu’après, à force de vivre ensemble, elle deviendra une confédération. Et bien je l’envisage très volontiers et ce n’est pas du tout impossible.

“Dans un monde comme le nôtre où tout se ramène à la menace d’un conflit mondial, l’idée d’une Europe unie et qui aurait assez de force, assez de moyens et assez de cohésion pour exister par elle-même, cette idée-là apparaît tout naturellement. Et elle apparaît d’autant mieux que les inimitiés qui l’avaient séculairement déchirée, et en particulier l’opposition entre l’Allemagne et la France, ont actuellement cessé.” De Gaulle 15. Mai 1962.

Und de Gaulle hob die gemeinsamen Fähigkeiten der Sechs hervor: “Alors, du coup, voilà, mis en lumière, d’abord le caractère qu’on peut appeler complémentaire au point de vue géographique, stratégique, économique, culturel, etc. qui existe, les caractères communs, complémentaires qui existent entre les peuples de cette partie de l’ancien continent, l’Europe occidentale, et puis, en même temps, la capacité globale qu’ils représentent en fait de puissance, en fait de production, de création, d’échanges, etc., par rapport à l’activité générale de l’univers. Et puis, enfin, les possibilités que leur ensemble pourrait offrir aux deux milliards d’hommes qui peuplent les pays sous-développés. Voilà des données de fait qui ont conduit six Etats du continent à tâcher d’établir entre eux des liens particuliers.”

Der wirtschaftlich Erfolg der Sechs reicht ihm nicht: “L’Europe occidentale, qu’il s’agisse de son action vis-à-vis des autres peuples ou de sa défense ou de sa contribution au développement des régions qui en ont besoin ou de son devoir d’équilibre européen et de détente internationale, l’Europe occidentale doit se constituer politiquement.”

Es ist richtig, dass es um den Fouchet-Plan ging und der deut6sch-französische Vertrag von 1963 viel weniger von dem war, was de Gaulle dem deutschen Partner anbieten wollte.

Er bestand darauf, die von einem “Europa der Vaterländer” gesprochen zu haben: aber von den Staaten, die Politik machen und sich zusammenschließen: “Alors, il est vrai que la patrie est un élément humain sentimental et que c’est sur des éléments d’action, d’autorité, de responsabilité qu’on peut construire l’Europe. Quels éléments ? Et bien, les Etats. Car il n’y a que les Etats qui, à cet égard, soient valables, soient légitimes, et, en outre, soient capables de réaliser. J’ai déjà dit, je répète qu’à l’heure qu’il est, il ne peut pas y avoir d’autre Europe possible que celle des Etats, en dehors, naturellement, des mythes, des fictions, des parades. D’ailleurs, ce qui se passe pour la communauté économique le prouve tous les jours. Car ce sont les Etats, et les Etats seulement qui ont créé cette communauté économique, qui l’ont pourvue de crédit et qui l’ont dotée de fonctionnaires. Et ce sont les Etats qui lui donnent une réalité et une efficacité. Et d’autant plus qu’on ne peut prendre aucune mesure économique importante sans commettre un acte politique. On fait de la politique quand on manie en commun, les tarifs, quand on convertit les charbonnages, quand on tâche de faire en sorte que les salaires et les charges sociales soient les mêmes dans les six Etats, quand chaque Etat permet aux travailleurs des cinq autres de venir s’installer chez lui, quand on prend des décrets en conséquence de tout ça, quand on demande au Parlement de voter des lois, des crédits, des sanctions nécessaires. On fait de la politique quand on fait entrer l’agriculture dans le marché commun. Ce sont les six Etats, et eux seulement, qui sont parvenus, au mois de janvier dernier, par leurs instances politiques. On fait de la politique quand on traite de l’association de la Grèce ou des Etats africains ou de la République malgache. On fait de la politique quand on négocie avec la Grande Bretagne au sujet de la demande qu’elle a déposée, de faire partie du marché commun. On en fait quand on considère les candidatures qui sont avancées par d ‘autres Etats au sujet de leur participation ou de leur association. On en fait quand on est amené à envisager les demandes que les Etats-Unis annoncent en ce qui concerne leur rapport économique avec la communauté. En vérité, on ne peut pas assurer le développement économique de l’Europe sans son union politique.”

Es ist richtig, das de Gaulle in dieser Pressekonferenz noch Vorbehalte vor einem integrierten Europa ausdrückte, aber ! seine hier zitierten Bemerkungen lassen erkennen, welche Aufgaben er für die Sechs vorsah. Erst die Hausaufgaben machen, dann schauen wir mal weiter. Vielleicht hätte die EU macnhe Reform vor einer Erweiterung machen müssen, dann wäre es heute einfacher: Das hat de Gaulle 1962 eindeutig gesagt: ” Voyez-vous, quand on évoque les grandes affaires, et bien, on trouve agréable de rêver à la lampe merveilleuse, vous savez, celle qu’il suffisait à Aladin de frotter pour voler au-dessus du réel. Mais il n’y a pas de formule magique qui permette de construire quelque chose d’aussi difficile que l’Europe unie. Alors, mettons la réalité à la base de l’édifice. Quand nous aurons fait le travail, nous pourrons nous bercer aux contes des Mille-et-une nuits.

und dann im > Gespräch mit Michel Droit sagt General Gaulle am 14. Dezember 1965: “ Rien n’est plus logique, si tant est que la logique conduise le monde, rien n’est plus logique aujourd’hui que de constituer un marché commun européen. Il y a des pays qui sont voisins entre eux, la France, l’Allemagne, l’Italie, la Hollande, la Belgique, le Luxembourg, un jour probablement l’Angleterre, un jour aussi l’Espagne, peut-être d’autres, voilà un fait géographique qui est devenu aussi un fait économique. Parce qu’ils sont très rapprochés, parce qu’ils sont en contact immédiat, direct les uns avec les autres, et puis parce qu’ils sont du même ordre économique les uns et les autres. Ils sont au même étiage dans leur ensemble, enfin parce qu’aujourd’hui, la concurrence est nécessaire, c’est l’aiguillon qui est indispensable au progrès, et notamment au progrès économique, qu’il serait absurde pour un pays de s’enfermer comme on le faisait autrefois, comme nous le faisions autrefois, dans des douanes et dans des barrières, et que par conséquent, pour se mettre à la page, jour après jour, année après année, il faut encore une fois la concurrence, bref, il faut un marché étendu. C’est pourquoi je suis tout à fait convaincu, et je crois bien que c’est comme tout le monde, qu’il est bon, qu’il est utile et même qu’il est nécessaire d’aboutir à créer un marché commun entre les Six.”  und er fügt hinzu: “Du moment que je suis français, je suis européen. Etant donné que nous sommes en Europe, et que je dirais même que la France a toujours été une partie essentielle sinon capitale de l’Europe. Par conséquent, bien sûr que je suis européen. Alors, vous me demandez si je suis pour une organisation de l’Europe, et si je vous entends bien, vous voulez parler d’une organisation de l’Europe occidentale. A cet égard, je ne sais pas s’il vous arrive de relire des déclarations que j’ai pu faire depuis des années et des années. Si cela vous arrive, vous vous apercevrez que j’ai parlé de l’Europe, et en particulier de la conjonction du groupement de l’Europe occidentale, avant que personne n’en parle.

Und wieder erinnert de Gaulle daran, dass er nie von dem Europa der Vaterländer gesprochen habe:

Je n’ai jamais parlé d’Europe des patries. C’est comme “l’intendance suit”… Chacun a sa patrie, nous avons la nôtre, les Allemands ont la leur, les Anglais ont la leur, et c’est ainsi. J’ai parlé de la coopération des Etats. Alors ça oui, j’en ai parlé. Et je crois que c’est indispensable et nous avons tâché de l’organiser à cette époque, mais ça n’a pas réussi. Et depuis, on n’a plus rien fait, excepté nous, qui avons fait quelque chose avec l’Allemagne, Car nous avons solennellement, et c’était incroyable, après tout ce qui nous était arrivé, nous avons solennellement fait avec l’Allemagne, un traité de réconciliation et de coopération. Cela n’a pas non plus jusqu’à présent donné grand-chose, Parce que les politiques sont les politiques des Etats, et qu’on ne peut pas empêcher ça. Alors vous avez des cris : Mais l’Europe, l’Europe supranationale, il n’y a qu’à mettre tous ensemble, il n’y a qu’à fondre tous ensemble les Français avec les Allemands, les Italiens avec les Anglais etc. Oui, vous savez, c’est commode et quelques fois, c’est assez séduisant, on va sur des chimères, on va sur des mythes. Mais ce ne sont que des chimères et des mythes. Il y a les réalités, et les réalités ne se traitent pas comme ça. Les réalités se traitent à partir d’elles-mêmes. Et c’est ce que nous nous efforçons de faire. Et c’est ce que nous nous proposons de continuer de faire. Si nous arrivons à surmonter l’épreuve du marché commun, et j’espère bien que nous le ferons, il faudra reprendre ce que la France a proposé en 1962 et qui n’avait pas réussi en 1961, et qui n’avait pas réussi du premier coup. C’est-à-dire l’organisation d’une coopération politique naissante entre les Etats de l’Europe Occidentale. Et à ce moment-là il est fort probable qu’un peu plus tôt, un peu plus tard, l’Angleterre viendra nous rejoindre et ce sera tout naturel. Bien entendu cette Europe-là ne sera pas, comme on dit “supranationale”. Elle sera comme elle est. Elle commencera par être une coopération. Peut-être qu’après, à force de vivre ensemble, elle deviendra une confédération. Et bien je l’envisage très volontiers et ce n’est pas du tout impossible” (Hervorhebungen d. Red.)

 

Die Kommentare sind geschlossen.

Der Frankreich-Blog auf

France-blog.info auf Facebook

Follow FranceBlogInfo on Twitter

> Der Autor dieses Blogs

> Konzept unseres Blogs

> Fehler auf unserem Blog

> Impressum

> Datenschutz

> Unsere Redaktion


Immer aktuell:

> Twittern für die deutsch-französische Kooperation

> Twittern. Frankreich und Deutschland in der EU

> Deutsch-französisches Twittern, aber diesmal aus der Perspektive der Außenministerien

> Beiträge mit Aufgaben für Schüler/innen

> Froodel.eu - Entdecke Deine französische Welt

Aktuelle Themen
auf unserem Blog:

> Argumente für Französisch

> Apprendre l’allemand: Argumente für Deutsch

> Unsere Videos

> Unsere Videos auf Twitter

> Consultations citoyennes

> Lernen mit digitalen Medien im Französischunterricht

> Für einen Tag nach Paris 128 Fotos

> D-F Unsere Lesezeichen

> Notre-Dame de Paris

> Francophonie 58 Artikel

> Die Restitution afrikanischer Kulturgüter

> Gilets jaunes

> Nachgefragt: H. Uterwedde, DFI

> Die Restitution des afrikanischen Kulturerbes

> Antisemitismus

> Fotoausstellung: Agnès Poirier, An den Ufern der Seine

> Grand débat national

> G7

> Der Elysée-Vertrag und der Aachener Vertrag

> Deutschland, Frankreich und Europa.

> Les gilets jaunes

> La lettre du Président Macron

> Pierre-Yves Le Borgn' : Europa?

> Präsident Macron vor dem Bundestag

> 1914-1918

> La souveraineté de l'Europe

> Sartre oder Camus?

> KI

> Präsident Macron devant l'UNO

> Macron und Europa

> 60 Jahre V. Republik

> Élysée-Vertrag 2.0

> arte

> Consultations européennes

> Lernen mit unserem Blog

> Migration

> Zukunft der EU

> Unterricht mit digitalen Medien in Frankreich |

> VdF-Bundeskongress an der Universität Leipzig 09. und 10. März 2018

> Themen für den Französischunterricht

> 16.1.2018
Stuttgart. Conférence Littérature des immigrés en France avec une bibliographie

> Unsere Berichte von der Frankfurter Buchmesse 2017

> Initiative pour l’Europe – Discours d’Emmanuel Macron pour une Europe souveraine, unie, démocratique. - 26. September 2017

> Rezension: Édouard Philippe, Des hommes qui lisent

> Haben Sie im Französischunterricht schon mal mit Twitter gearbeitet?

> Schriftsteller besuchen: Montaigne, Diderot, Rousseau, Stendhal, Guizot, Flaubert


> Digital unterrichten – Enseigner avec le numérique = Ein Handbuch für das digitale Lernen

> Bloggen für F und D

> Conférence à Montpellier, 28 février 2017. Emploi : L’accès au premier emploi en France et en Allemagne avec une bibliographie et une sitographie

> Existenzialismus

> Vortrag: #Brexit oder #nonBrexit?

> Brexit

> Interview mit Olaf Scholz